AUTOSTOP : Périple de deux femmes de Paris à Istanbul

Avez-vous entendu parler des P’tites poucettes ? Aurélie Streiff eurgit et Sandra Reinflet, deux femmes parisiennes, début de la trentaine, qui ont du cran. Ces aventurières modernes ont passé l’été 2012 entre Paris et Istanbul… pouces en l’air… en autostop bien sûr. Cette année, elles recommencent l’exploit en prenant la route vers Odessa.

Petite interview pour découvrir leur voyage en autostop de Paris à Istanbul, en terminant par un petit « portrait chinois » de notre chère Turquie.

Comment avez-vous défini votre itinéraire et sa durée ?

poucette

L’origine exacte du projet est assez floue car l’idée de départ a surgi au cours d’une soirée plutôt arrosée sous forme d’un défi lancé… Et relevé, aussitôt. On ne peut donc pas parler de « planification », nos maitres-mots étant : improvisation et intuition!

En pratique, l’itinéraire s’est tracé au fil des étapes, des rencontres, de quelques points de chute et des recommandations de nos conducteurs… Paris et Istanbul sont finalement assez peu distantes, à peine 2500 kilomètres à vol d’oiseau. Nous avons parcouru sensiblement plus – un détour ici, une halte là… 10 pays à l’aide de 50 véhicules, traversés en 28 jours.

Ce délai correspond à la durée d’un cycle lunaire, un cycle de femmes. Suivant notre bonne étoile, cap à l’est toutes !

Pourquoi avez-vous décidé de terminer votre périple à Istanbul ?

Son nom suffisait à nous faire rêver. Aux portes de l’Europe, et tant par sa géographie que par son histoire, la ville symbolise le carrefour entre orient et occident.

Accessoirement, nous pensions initialement intituler notre périple « Paristanbul » -avant de constater que la moitié des kebabs de France étaient déjà ainsi baptisés !-

Est-ce facile de voyager seules et en auto-stop en Turquie?

autostop istanbul

Nous n’avons finalement que peu voyagé en Turquie puisque nous avons parcouru les kilomètres séparant la frontière grecque d’Istanbul en une seule fois, à l’aide d’un seul chauffeur… Mais parmi les plus extraordinaires… ! Nous lui avons même consacré un article entier.

Après 400 bornes et 4 heures d’embouteillages à l’entrée de l’agglomération, c’est en amis que nous avons passé ensemble ce séjour stambouliote. En natif de la ville, il fût un guide en or.

Avez-vous une anecdote à nous confier concernant ce voyage ?

femme autostop turquie

Un millier ! Mais ca pourrait déborder sur la page… Les plus savoureuses sont à découvrir ici. 

Portrait chinois

1. Si j’étais un quartier/lieu d’Istanbul?

Taksim, car on n’y dort jamais !

2. Si j’étais une ville de Turquie?

Difficile de ne pas répondre Istanbul ! Cosmopolite, vibrante, grouillante, multiple, changeante… Sublime !

3. Si j’étais un plat?

Un moule farcie – de celles servies le long du port par les vendeurs ambulants. Elles sont certainement les plus grosses au monde, et aussi les plus savoureuses !

4. Si j’étais un restaurant?

L’un des nombreux bouis-bouis du quartier animé de la rive asiatique. Invariablement le soir, ils se changent en karaokés à ciel ouvert – instrumentistes traditionnels mêlant leurs accords à ceux des chanteurs de pop locale en un joyeux vacarme survitaminé.

5. Si j’étais un bruit?

Celui du chant du Muezzin pour l’appel à la prière. Les premiers jours, celui de cinq heures du matin occasionne un sursaut nocturne qui participe d’un dépaysement garanti. Le plaisir de se rendormir bercé par cette envoutante mélodie n’en est que plus grand.

6. Si j’étais un objet?

Une chicha, à plus forte raison car sa pratique est depuis peu interdite en France. L’épaisse fumée aux essences parfumées de ce calumet de la paix omniprésent, embaume la cité toute entière.

7. Si j’étais un mot ?

« Güle Güle ! » « Au-revoir », adressé à quelqu’un qui part quand on reste (A quelqu’un qui reste quand on part c’est « hosça kalin » qu’il faut dire… Pas si simple !)

8. Si j’étais un super pouvoir?

Voler ! Pour contempler le Bosphore depuis les nuages, admirer la cité d’en haut et chatouiller ses minarets.

9. Si j’étais une différence entre la Turquie et la France?

Une chose qui les rapproche plutôt : le caractère « laïque » de leurs constitutions respectives qui en fait des parangons de la liberté individuelle.

Paris et Istanbul, métropoles tolérante et cosmopolites, illustrent bien ce que le multiculturalisme peut apporter de meilleur aux peuples. Si en France comme en Turquie, ces valeurs fondatrices sont parfois menacées – en proie à une radicalisation liberticide, les réaffirmer est essentiel !

10. Si j’étais un conseil?

Venir,  y revenir, se perdre, s’y retrouver !

Retrouvez d’autres portraits de Français à Istanbul dans la rubrique Rencontre

Photos des P’tites poucettes. Soutenez et suivez leur projet Berlin-Odessa en autostop sur leur site internet: http://lesptitespoucettes.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s