Message d’amour…

Un petit retour impromptu sur mon blog mademoiselle Istanbul. Je nourris toujours plus l’irrésistible envie d’y griffonner quelques lignes pour y graver mes émotions. Plus que le blog, ce sont les échanges, entre vous et moi, qui me manquent considérablement.

Certains pensent me connaître, d’autres non. Mademoiselle Istanbul n’est pas moi et je ne suis pas mademoiselle Istanbul. Mais mademoiselle Istanbul est une partie de moi. C’est mon reflet dans un miroir. Il dessine mes contours sans pour autant pénétrer dans les parois de mon intimité.

Alors que je l’ai évité depuis la création du blog, j’ai décidé de m’exposer, de vous raconter une partie de mon histoire.

Je ne me considère pas comme activiste ou engagée politiquement, mais récemment une campagne m’a particulièrement séduite et tenue à cœur, celle de « Israel loves Iran ». Pourquoi ? Je suis française d’origine vietnamienne. Mes parents ont connu la guerre. Même si je ne l’ai pas vécu, elle fait partie de mon histoire, celle passée mais également celle que je continue d’écrire. Car un enfant de la guerre n’est jamais vraiment un enfant comme un autre. L’histoire de nos parents n’a rien d’anodine même si elle continue aujourd’hui d’être partagée par des millions d’individus. Quand nos parents nous racontaient une histoire celle-ci était souvent tragique, incroyable, inconcevable ou incompréhensible. Mais elle était pourtant vraie. Ces histoires, si elles ne bercent pas mon quotidien aujourd’hui, continuent à raisonner dans de nombreuses mémoires et à nourrir celles de nombreux enfants.

Les images violentes de guerre abondent. Cette violence, qu’elle se situe à des milliers de kilomètres ou à une heure d’avion est accessible à tous. Etant si brillant pour répandre des images de haine, le sommes-nous autant pour répandre des moments d’amour ?

C’est le défi que s’est lancé il y a quelques mois « Israel loves Iran » avec sa campagne internet : I love you. Des activistes de la paix bombardaient les iraniens d’amour dans une vidéo vue plus de 400.000 fois fois sur youtube.

Sur cette vidéo en anglais on pouvait entendre un israélien dire «Pour qu’il y ait une guerre entre nous, d’abord nous devons haïr. Je n’ai pas peur de toi, je ne te hais pas. » ou encore «Je ne te connais même pas, nous n’avons jamais rencontré d’iranien … Parfois, je vois à la télévision, un iranien, il parle de la guerre, je suis sûr qu’il ne représente pas tout le peuple d’Iran. Si vous voyez quelqu’un à la télévision qui parle de vous bombarder, rassurez-vous, il ne nous représente pas tous » et de conclure avec « Nous vous aimons. »

Les Iraniens ont contre-attaqué par un « Iran loves Israel ». Aujourd’hui « Israel loves Iran » compte plus de 72.000 fans sur le réseau social facebook et a fait de nombreux descendants dont « France loves Iran ».

Cette semaine un nouveau buzz a été crée sur la toile avec une campagne photo. Israéliens et iraniens se prennent en photo avec le message « NOT READY TO DIE IN YOUR WAR » (« Pas prêt à mourir dans votre guerre »). C’est un geste plus que symbolique, il devient courageux quand on sait que s’exprimer à visage découvert dans des pays où la répression gronde peut avoir de graves conséquences.

Les photos affluent et dépassent les frontières puisque allemands ou encore turcs se sont prêtés au jeu. Et cela marche puisqu’ un des administrateurs de « Israel loves Iran » publiait sur le mur du groupe: « Les gens reçoivent-ils le message? Il suffit de lire les chiffres … près d’un million seulement ces derniers jours … 2000 nouveaux amis en moins de 48 heures … et cela ne cesse de croître. Continuer à répandre … CA MARCHE »

Charles Bukowski disait «Vous commencez à sauver le monde en sauvant une personne à la fois, tout le reste, c’est du romantisme grandiose ou de la politique. » Parfois, il faut commencer à se sauver soi-même en affirmant ses convictions.

Bon dimanche,

Publicités

7 réponses à “Message d’amour…

  1. Seul problème : de l’anglais, toujours de l’anglais, rien que de l’anglais ! Aimer et respecter l’autre suppose de faire un minimum d’effort pour parler sa langue ! alors qu’on sait très bien l’effort colossal déployé par les milieux dirigeants anglo-saxons pour éliminer toutes les autres langues. En tant que traducteur (et apprenant le turc), j’en ai fait l’expérience (Guerre des brevets, Protocole de Londres …) … Alors, Mademoiselle Istanbul : seni seviyorum !

  2. I’m not ready to die in any war… and I love you too…!
    Répandons ce vent de fraîcheur, il n’est pas utopique… il est bien réel…!
    Merci miss stanbul…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s