Hammam : on ne m’y prendra plus.

L’époque des hammams hors de prix est bien révolue. J’avais pourtant d’innombrables raisons d’y mettre les pieds : « Oui, mais c’est un hammam historique … L’architecte est Mimar Sinan, tu sais, celui qui a construit la mosquée Suleymaniye, le Jean Nouvel de l’époque ottomane … à ce titre c’est presque un devoir de citoyen, de recueillement de s’y rendre… et puis, on ne va pas au hammam tous les jours… »

Puis je me suis rendue à l’évidence. Qui essayer de convaincre à part soi-même. Bien entendue l’architecture est grandiose et l’ambiance ouatée mais à quel prix?

Tout d’abord, il y a eu le 1er épisode : le « chewing gum » . Ressortir avec une peau de bébé et des résidus de chewing-gum dans les cheveux: pas très glamour et très hygiénique … même s’il faut reconnaître qu’il s’agissait probablement plutôt d’une indélicatesse d’une cliente que du personnel, le mal était fait.

2ème épisode: le service. Cela commence par une explication de la situation à l’hôtesse d’accueil qui semble gênée et qui appelle à l’aide le responsable de l’établissement. Alors que mon amie (c’est elle qui a les résidus de chewing-gum éparpillés dans la masse capillaire) entrevoit une note d’espoir (ou du moins un shampoing salvateur), à notre grande surprise, l’homme la réconforte par un « OUT! OUT! ». Elle essaie tant bien que mal de lui expliquer qu’elle ne veut pas se faire rembourser mais cherche une solution (=un shampoing, en l’occurence) mais il ne semble pas du même avis « OUT! OUT! ». Tout cela pour la modique somme de 130TL! « satisfait ou remboursé »? Ce n’est apparemment pas un adage de la maison!

Je suis donc devenue experte dans le retrait de bubble gum – Il suffit juste de passer un coton largement imbibé d’huile d’olive puis de peigner jusqu’à extraction de la pâte à mâcher -.

Sympathique excursion donc, sans évoquer les problèmes récurrents de service ou plutôt de non service.

J’ai réalisé des soins (hammam+gommage+massage) dans trois des hammams les plus connus d’Istanbul (ces fameux beaux hammams traditionnels et historiques que l’on retrouve dans tous les guides) avec le même constat : hammam bondé, service minimal, prix hallucinants, soin et massage expéditifs (ambiance abattage de bétail garanti) et parfois problème d’hygiène (épisode du chewing gum). Malgré les nombreuses plaintes, la situation n’est pas prête de changer car un touriste en remplace un autre. Je ne citerai pas les hammams concernées mais je pense qu’ils sont aisément reconnaissables. Je ne parle bien entendu en aucun cas des « hammams de quartier ».

On peut accuser l’arrivée massive des touristes qui dénature l’authenticité des hammams et qui fait passer le rendement avant la qualité mais il ne faut pas oublier qu’à Istanbul le service est souvent irréprochable et le personnel très serviable. Le hammam, un cas isolé? Comme moi, la plupart de mes amis ont été déçu par la prestation et le rapport qualité-prix de ces hammams.

Mon conseil : aller dans un hammam historique « pour l’ambiance » mais pas pour les soins.

Je modère cependant mes propos car il existe des exceptions comme le hammam d’Uskudar. Le prix y est 3 fois moins cher, les soins et massages 2 fois plus long (même si cela reste assez bref),  les masseuses plutôt bavardes et rigolotes, il y a beaucoup moins de touristes (évitez tout de même les heures de pointe) et c’est un hammam historique, un peu défraîchi, mais avec tous ces avantages que demander de plus.

Sans oublier mesdames que la partie des hammams réservée à la gente féminine est souvent moins soignée et luxueuse que celle des hommes.

Crédit photo: Mademoiselle Istanbul.

Publicités

15 réponses à “Hammam : on ne m’y prendra plus.

  1. je vais depuis des années dans un hamam a balat, j’y étais il y a huit jours, très populaire, je les connais bien, je leur amène des vêtements, je leur ramène des photos prises de toutes et du bébé qui vient de naître, j’ai partagé le repas vers 18h30, c’était magique, le gommage, le massage biens, bonne hygiène, et même massage avec poudre de café, un régal. J’y reviendrais lors de mon prochain séjour……..

  2. J’ai un très mauvais souvenir de hammam en Turquie (mais pas à Istanbul). Je me souveins juste que le patron a dit à mon copain de changer de nana parce que mon dos était complètement cassé et qu’à 30 ans j’aurai pleins d’oedemes… Et que pour cela je devais reprendre des séances de massage tous les jours pour un prix exorbitant ! Depuis je n’y ai plus remis les pieds (oups, ce post date de 2 ans !)

  3. im m’a plus le hamam de Cemberlitas; il faut bien dire aux non initiées de commmencer par transpirer sur la pierre chaude avant le grattage par les dames et seulement ensuite d’aller se baigner dans les deux « piscines chaudes ». Ainsi elle sont bien décapées et l’eau reste propre.

  4. Il y a quelques années, de passage à Istanbul, j’avais été avec ma maman (70 ans à l’époque) à Cemberlitas. C’était fin mars, donc pas trop d’affluence à part 2 ou 3 touristes. Nous n’avons pas eu de problème d’hygiène (set individuel) et nous avons été plutôt bien servies parce que je parlais turc. Par contre, j’ai été surprise d’être massée par une immigrée d’un pays turkmène. Cette dame m’avait touchée parce qu’elle m’avait expliqué qu’elle quittait famille et enfants pour venir faire la saison à Istanbul. Une autre chose m’avait touché chez elle, elle m’a massé avec des gants en latex. Elle s’était gravement brûlée quelques jours auparavant et travaillait quand même, malgré la douleur !
    J’ai trouvé malgré ces bons services le prix tout a fait excessif par rapport au coût de la vie.

  5. Je suis allé au hammam une fois, en 1969 et n’ai jamais eu envie d’y retourner ! mon métier m’amène malgré tout à les fréquenter souvent pour y amener des clients. Je me réfère donc aux avis de ces clients et surtout à ceux de mes collaborateurs. C’est à priori, dans le domaine des hamams touristiques de la ville antique, celui de Cemberlitas qui nous semble le plus sérieux. Ses propriétaires sont des professionnels du secteur de père en fils, et même si le service est effectivement minima en raison de l’affluence, l’hygiène nous y semble mieux respectée que chez la concurrence, notemment grace au set individuel remis à chaque client. De plus, on n’y est pas dérangé par un photographe qui vous propose ses photos à la sortie comme celà se fait dans certains établissements ! Nous utilisons également celui situé près d’un grand lycée francophone, où il y a beaucoup moins de monde et d’où les clients sortent contents.

  6. Bonjour,
    je vais avec des amis (5 couples) a istanbul pour le WE du 1er mai 2012. Quel hamman faut’il choisir plus pour les soins et ambiance que le coté historique.
    merci de votre aide.

  7. Je suis allée cet été , au Hamam de Cemberlitas .
    Bon ok , l’intérieur est joli , il n’y a rien à redire : c’est un lieu historique , Mimar Sinan , etc . Mais j’avoue que j’ai été un peu déçue du prix d’entrée . Dans mes souvenirs , j’ai payé 35 YTL , pour pouvoir entrer dans la salle , me faire gommer la peau et laver les cheveux . Mais vraiment très rapidement … Du coup j’ai été un peu déçue . Je ne pense pas que j’y retournerai pour un tel prix . Ca fait vraiment attraction touristique . J’espère qu’à l’avenir , je trouverai un hamam beaucoup mieux que celui-là .

  8. me rendant régulièrement à istanbul depuis des lustres, je constate avec consternation l’évolution (ou regression) de certains quartiers de cette ville bien-aimée.
    Galata détient le pompon, c’est devenu 1 disneyland pour touristes et nouveaux riches.
    Quelques batiments sont sauvés du naufrage pour autant rien ne semble resister à la kitscherie loukoum.
    Je ne suis pas nostalgique et apprécie à leur juste valeur certains ouvrages publics récents très audacieux qui ont échappés à la tyrannie des marchands du temple Tourisme..
    Pour autant la ville reste à mon sens la + belle du monde et je fais confiance à l’incroyable énergie des stanbouliotes pour digérer le tout et le recréer à leurs usage et propres codes.

    • La ville suit en effet une mutation rapide qui est parfois dévastatrice … Le mot « rénovation » perd parfois de son sens. Du côté de Cukurcuma, j’ai vu de belles rues pavées être rénovées mais cette fois-ci avec une imitation de pavé.
      Le résultat: une rue bien régulière avec de faux pavés lisses et réguliers (version « disney » comme vous dîtes) mais avec d’affreuses traces de pas et de pneus de vélos et de voitures car on s’y était rué sans laisser la concoction sécher. 2ème effet: les voitures y roulent aujourd’hui à très vive allure. Fini les désagrément du pavé!

  9. Merci à Nina, Nat, Caroline et Azad de me faire partager votre expérience personnelle.
    Merci Nina, Nat et Caroline de nous redonner espoir : il existerait donc encore des perles rares où la qualité serait au rendez-vous?!
    Et pour ceux qui préfèrent voir le hammam en film, tu as parfaitement raison Azad, « hammam » est un très bon film. J’avais d’ailleurs écrit un billet à ce sujet ici:

    https://mademoiselleistanbul.com/2010/03/25/tryptique-le-hammam-partie-2-vu-par-ferzan-ozpetek/

  10. “Hammam : on ne m’y prendra plus.”
    Et bien, figures-toi Mademoiselle que pendant des siècles beaucoup de la gente masculine n’y allaient que pour ça. Et je ne suis pas sûr que cette époque soit tout à fait révolue. C’est qu’il s’en passait des choses dans ces alcôves surchauffées oû les corps se laissaient aller à toutes les voluptées.
    Hélas, ce n’était pas mixte, sans quoi je m’offrirais volontiers un voyage en ces temps bénis oû les sens avaient toute leur place dans l’Empire…
    Sinon , pour en revenir à ces hammams pour touristes , c’est la carotte garantie (que l’on voyage en Lonely Planet ou en Michelin, que l’on arrive sur Easyjet à Sabiha ou Turkish Airlines à Atatürk). J’ai mis 10 ans et une bonne douzaine de séjours en Turquie avant de me décider à utiliser un hammam (j’en avait visité quelques uns mais jamais utilisés, je me méfiais et j’avais quelques raisons…) et comme un couillon, je me suis « décidé » pour Ze Hammam à touristes: Çemberlitaş Hamamı . Rançonné et déçu je me suis dis comme toi qu’on ne m’y prendra plus.
    Sinon, puisqu’on parle hammams je recommande à ceux qui ne l’auraient pas vu « Hammam » un film de Ferzan Ozpetek.
    Au plaisir d’encore vous lire Mademoiselle de la trépidante ville-monde oû même les chewing gum aiment les oeuvres de Sinan…

  11. Perso je ne vais jamais dans les hammams dits historiques et touristiques qui deviennent autant des pièges à touristes que le grand bazar… Oui l’architecte est Sinan, tout est d’epoque, blablabla… et les services sont de quelle epoque, eux ? Tout comme pour les restos, je prefere 1000 fois un hammam de quartier (Kadirga par ex) au hammam indiqué sur certains guides touristiques qui l’ont peut-etre visité mais qui sont la plupart du temps ressorti de ce lieu les poches pleines… avec l’espoir du gérant des lieux de vider cette fois-ci… les vôtres. Un hammam de quartier est parfois moins beaux, toujours moins chers, tout aussi anciens… mais se doit de respecter ses clients et d’être impeccable sinon sa réputation sera faite et ses portes closes. Je pratique aussi un hammam moderne de Sultanahmet, dans une rue qui porte le nom d’un écrivain français. La masseuse y est réputée, pas plus cher que dans un hammam historique et c’est nickel (certificat d’hygiène aux normes européennes renouvelés tous les ans). Bref, soit l’authenticité soit la modernité, mais pas la « touristicité » !

  12. Geçmiş olsun kızlar ! Le seul que je serais prête à tester serait effectivement celui d’Üsküdar… les autres ne sont pas du tout à l’ordre du jour. En province par contre, j’en ai profité à plusieurs reprises, pour des coûts parfois dérisoires et des services de bonne qualité…

  13. je préfère en effet les hamam de quartier, celui de cukurcuma par exemple , pas très  » beau » mia service pour les turques tout a fait abordable et gentil.. quelle horeur cette histoire de chweing gum. tout de même!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s